Chaque projet est unique. Votre charpente l'est aussi et sa conception découle de plans et de calculs précis.

Champeau travaille le bois depuis 1929, la maîtrise du tradionnel reste une valeur sûre.

La réalisation d'une charpente, même industrialisée, nécessite les compétences d'hommes qualifiés.

L'entreprise CHAMPEAU s'engage à concilier la préservation de l'environnement et le respect des personnes.

Le marquage CE : un réel suivi de la qualité tout au long du process de fabrication

Champeau emploie plus de 300 salariés dont plus de 200 sont répartis sur nos 11 sites de production régionaux

Champeau suit les tendances architecturales et offre des solutions experts à ses clients

Champeau : le N°1 de la charpente industrialisée bois

Sur certaines régions, nous assurons la pose de vos charpentes. Nous sommes certifiés QUALIBAT.

On retiend de la charpente traditionnelle son côté esthétique

La rapidité d'exécution : l'atout majeur de l'ossature bois !

Un bureau d'études centralisé de 34 personnes

Lexique

Aboutage : Assemblage de 2 pièces de bois bout à bout par usinage et collage.
Ancrage : Organe de fixation de haute résistance par exemple d'un mur de MOB sur la dalle.
Arbalétrier : Pièce de bois faisant partie d'une ferme, reliant le bas de rampant et le faîtage.
Arêtier : Angle saillant entre les pentes de 2 côtés d'un toit.
Bandeau : Planche de bois ou de panneau formant un habillage ou fixée en bout des chevrons et sur laquelle se fixent les crochets de gouttière.
Bardage : Vêture de façade extérieure en bois, panneaux, ardoises etc...
Blochet : Dans une charpente traditionnelle, le blochet est une pièce de bois horizontale, posée sur la sablière et reliant le pied de l'arbalétrier à une jamble de force.
Cache-moineau : Dispositif situé entre les chevrons, au droit du mur ou à l'égout pour interdire l'accès aux oiseaux et rongeurs.
Chanlatte : Liteau ou chevron de section triangulaire, trapézoïdale ou rectangulaire à arêtes supérieures chanfreinées.
Chéneau : Ouvrage de forte section pour la récolte des eaux pluviales.
Chevêtre : Pièces reliant deux fermes pour aménager le passage d'un escalier ou d'une cheminée.
Chevron : Pièce de charpente fixée sur les pannes de couverture et recevant les liteaux.
Clin : Elément long de bardage posé assemblé ou à recouvrement.
Connecteur : Pièce métallique servant à assembler 2 bois.
Contrefiche ou fiche : En charpente, pièce de bois oblique reliant le pied du poinçon à l'arbalétrier.
Contreliteau : Pièce de bois disposée perpendiculairement aux liteaux qu'elle soutient.
Contreventement : Pièces de bois ou panneaux servant à assurer la stabilité d'un ouvrage.
Coyau : Chevron, placé en bas de versant pour changer la pente d'un toit.
Echantignole : Pièce de bois triangulaire placée sur l'arbalétrier pour maintenir la panne.
Ecran sous toiture : Souple ou rigide, il protège des infiltrations de vent, de poussières, de neige, etc...
Entrait : Pièce de charpente horizontale reliant les pieds des 2 arbalétriers d'une ferme.
Entrait retroussé : Entrait placé plus haut que les pieds des arbalétriers, pour libérer de l'espace sous les combles. Il maitient en compression l'écartement des arbalétriers.
Entretoise : Pièce de bois servant à maintenir un écartement constant entre 2 élements.
Etrésillon : Pièce de bois soumise à compression, maintenant l'écartement entre 2 éléments.
Faîtage : Pièce maîtresse de charpente reliant horizontalement l'angle supérieur des fermes et sur laquelle s'appuient les chevrons.
Etrier : Petite pièce de bois fixée au sommet d'une ferme pour soutenir la panne fâitière.
Ferme : Assemblage triangulé de pièces de bois (arbalétriers et entrait, éventuellement poinçon) formant l'ossature de la charpente. Les fermes supportent les pannes et la couverture d'un bâtiment.
Fermette : Même ensemble que la ferme mais en bois de sections inférieures assemblées industriellement par connecteurs métalliques. La pose se fait avec des entraxes de l'ordre de 60 cm et les arbalétriers servent de chevrons.
Jambe de force : Dans une ferme, pièce reliant en oblique l'arbalétrier au poteau ou au mur de soutien afin de réduire sa portée.
Lambris : Planchettes jointives ou non, habillant le dessous de toit.
Liteau : Pièce de bois de section rectangulaire débitée par sciage (s'il est refendu, il s'appelle latte), clouée sur les chevrons pour accrocher les tuiles.
Moise : Assemblage de 2 pièces de bois jumelles qui enserrent et renforcent une autre pièce, permettant d'éviter de réaliser un assemblage.
Mortaise : Cavité pratiquée dans 1 pièce de bois pour recevoir le tenon d'une autre pièce, permettant l'assemblage des 2 éléments. On nomme ce mode d'assemblage "à tenon et mortaise".
Noue : Pièce posée en diagonale suivant la ligne d'angle rentrant formée par l'intersection inclinée de 2 pans de toiture.
Panne : Pièce horizontale d'une charpente portant sur les arbalétriers et supportant les chevrons.
Panne faîtière : Panne soutenant l'extrémité supérieure des chevrons au sommet du toit.
Pénétration :1) Ouvrage saillant d'un toit. 2) Intersection de deux versants..
Pignon : Partie supérieure triangulaire de la façade d'un bâtiment, parallèle aux fermes, qui porte les pannes et surmonte le mur de refend.
Poteau : Pièce maîtresse verticale.
Rampant : Toute surface de construction qui n'est pas horizontale.
Sablière : Poutre horizontale d'un seul tenant, placée dans une ossature murale. La sablière d'étage porte les solives. La sablière haute porte les chevrons et parfois les fermes elle-même.
Solives : Poutres horizontales soutenant le plancher de l'étage.
Volige : Planche d'environ 20 cm de largeur et d'épaisseur inférieure à 27mm servant de support de couverture.